Le Festival du film d’Éducation


C’ est d’abord un festival de cinéma! Autour de l’Éducation, des films, des débats, des initiatives lycéennes‚  rassemblent la communauté éducative‚ les réalisateurs‚ les spectateurs... sur un regard soucieux de l’avenir de l’Éducation.
 Quand l’Éducation s’occupe de cinéma, elle participe à la construction de jeunes citoyens critiques face à toutes les images, dans lesquelles ils sont Immergés.Quand le cinéma s’occupe d’éducation, il participe à la construction d’une société humaine plus intelligente et solidaire.

Christian Gautellier

Directeur du festival


    • Du 26 au 30 mars 2018 - Ceméa Lorraine : Echos du festival international du film d’éducation à Saint-Dié des Vosges

au cinéma Excelsior
Espace Georges Sadoul, 26-28 quai Sadi Carnot


  • Article du bilan : Saint-Dié-des-Vosges, Quand le cinéma éduque et éveille, sur Vosges matin

    Séances réservées aux scolaires
    et professionnels (gratuites)
    Séances tous publics

    ■ 26 mars à 20 h 30 - Séance d’ouverture
    (entrée gratuite)
    Diamond Island, un film de Davy Chou (fiction, Allemagne, France, Cambodge,104 min).
    Prix du long métrage FFE 2016
    Bora, 18 ans, quitte son village pour aller travailler sur les chantiers de Diamond Island, projet de paradis ultra-moderne pour les riches et symbole du Cambodge du futur. Il s’y lie d’amitié avec d’autres jeunes ouvriers. Il fréquente aussi une jeunesse urbaine favorisée…
    En présence de Bruno Brisebarre, Jérôme Lucchini.

    ■ 27 mars à 20 h 30
    The ride, Documentaire de Stéphanie Gillard (France / États-Unis, 86 min).
    (billeterie)
    Chaque hiver, une troupe de cavaliers Sioux traverse les grandes plaines du Dakota pour commémorer le massacre de leurs ancêtres à Wounded Knee. Sur ces terres qui ne leur appartiennent plus, les aînés tentent de transmettre aux plus jeunes leur culture, ou ce qu’il en reste. Un voyage dans le temps, à la mémoire des ancêtres, un voyage pour reconstruire une identité perdue qui confronte l’Amérique à sa propre Histoire.

    ■ 28 mars à 20 h 30
    Fiore, un film de Claudio Giovannesi (Fiction, Italie, 110 min)
    (billeterie)
    Le film raconte l’histoire d’une mineure, Daphné, qui erre dans les rues de Rome, volant régulièrement les téléphones portables des passants dans le métro. Un jour elle se fait repérer par la police ce qui entraîne une longue course poursuite qui se conclut par son arrestation. Elle se retrouve dans une prison mixte pour ados, où la liberté et l’intimité laissent la place à la violence psychologique et à la solitude. C’est dans ce contexte difficile et malgré la séparation filles/garçons, qu’une histoire d’amour va naître entre Daphné et un jeune homme, Josh.

    I follow you,
    un court métrage de Jonatan Etzler (Fiction, 3 min, Suède)
    Anna heurte malencontreusement Jesper dans le train bondé du matin. Elle ne l’a jamais vu auparavant, mais il s’avère que lui sait tout sur elle. Un court métrage sur le danger des médias sociaux et de la surveillance dans la société postmoderne.

    ■ 29 mars à 20 h 30
    (entrée gratuite)
    Le saint des voyous, Documentaire de Maïlys Audouze (France, 35min) en présence de Maïlys Audouze, réalisatrice
    Le destin d’un enfant à la campagne bascule à partir du mensonge d’un autre enfant. Pascal devient un paria qui sera enfermé dans une institution, le pénitencier, pendant trois ans. La réalisatrice questionne son père sur cette période de sa vie : comment a-t-il vécu cet enfermement, la relation à l’ordre, les sévices ? Comment s’est-il construit malgré ce régime « à la dure » ?

    ■ 30 mars à 18 h - Séance de clôture
    Light Fly, Fly High, un film de Beathe Hofseth et Susann Østigaar, (documentaire, Norvège, 80mn).
    Prix du jury des régions FFE 2014
    En Inde, Thulasi « combat » sur tous les fronts : pas facile d’être une fille, de faire de la boxe, d’accéder à des tournois, de lutter contre des recruteurs corrompus, de devenir une femme autonome.

    1. titre documents joints