• ₪Anaïs s’en va-t-en guerre

    un film de Marion Gervais

          Jeudi 4 décembre à 11h00 / Compétition courts et moyens métrages

  • documentaire

    France - 46 mn

  • Anaïs a 24 ans. Elle vit seule dans une petite maison au milieu d’un champ en Bretagne. Rien ne l’arrête. Ni l’administration, ni les professeurs misogynes, ni le tracteur en panne, ni les caprices du temps, ni demain ne lui font peur. En accord avec ses convictions profondes, portée par son rêve de toujours : celui de devenir agricultrice et de faire pousser des plantes aromatiques et médicinales. Le film accompagne cette jusqu’au-boutiste. Seule contre tous. Peu lui importe. Elle sait qu’elle gagnera.

    Anaïs is 24 years old and lives alone in a small house in the middle of a field in Brittany. She is unstoppable. Neither the administration, nor misogynistic teachers, the broken down tractor, unpredictable weather or the future scare her. Remaining true to her deepest beliefs and driven by her unfaltering dream, she is determined to become a farmer, growing aromatic and medicinal plants. The film depicts the solitary fight of this determined young woman, who remains remarkably unscathed and confident of victory.

    image : Marion Gervais

    son : Ronan Gicquel

    musique : Michael Wookey

    montage : Solvei Risacher

    production : Quark Productions / Juliette Guigon et Patrick Winocour

    adresse : 22 rue du Petit Musc, 75004 Paris, France

    courriel : quarkprod wanadoo.fr

    www.quarkprod.com


    Parcours Jeunes critiques de cinéma, la critique de Louann Guyen

    Anaïs a 24 ans. Elle est sans diplôme, et a abandonné les cours pour se consacrer à sa grande passion, la culture des plantes. De nombreux obstacles se dressent devant elle : les problèmes administratifs et financiers, la misogynie dans le domaine agricole, le temps pluvieux de sa Bretagne natale, etc. On ressent immédiatement la détermination, le côté rebelle mais surtout l’amour pour la nature et pour ses plantes d’une jeune femme marginale, courageuse et refusant de s’incliner face aux clichés d’une société où l’agriculture est associée à des gens « primitifs » et à la gente masculine. Elle vit dans sa caravane sans eau ni électricité, mais la force morale qu’elle puise dans sa passion la fait vivre, ce qui est sublime. Le documentaire est ponctué de plans très courts mais d’autant plus percutants. Tout d’abord une Anaïs perdue, qui regarde dans le vide. Ensuite la motivation revient : elle marche, elle avance. Enfin, elle est allongée dans son champ, enfin sereine. Malheureusement la musique n’est pas assez présente alors qu’elle aurait été utile afin de transmettre plus facilement au spectateur les émotions et les sentiments de la jeune femme. Cela aurait évité certaines prises de paroles, qui étaient un peu trop nombreuses. En trois quarts d’heure, Marion Gervais nous présente à travers un documentaire intéressant (cependant un peu long), le parcours d’une femme combative (mais un peu bavarde !) et déterminée à aller jusqu’au bout pour s’imposer dans le difficile métier d’agricultrice. Cela reste un bon ensemble qui nous ouvre l’esprit, car peu de gens font le choix de vivre ainsi.

  • Les Ceméa coordonnent l’organisation du Festival,
    animé par un comité de pilotage des partenaires locaux et nationaux.
En partenariat
Avec le soutien de
Avec la participation de
Avec le parrainage