• ₪ Notre malédiction / Nasza Klątwa

    Un film de de Tomasz Sliwinski

          Mercredi 3 décembre à 9h30 / Compétition courts et moyens métrages

  • Documentaire

    Pologne - 27min

  • Plongée personnelle dans l’histoire d’un couple, le réalisateur et sa femme apprenant à affronter la maladie de leur enfant. Depuis sa naissance, ce dernier arrête de respirer pendant son sommeil. La malédiction d’Ondine est une maladie très rare pour laquelle il n’existe aucun remède. Le film épouse l’apprivoisement progressif de l’angoisse liée à la maladie.

    An intimate, in-depth look into the daily life of a couple - the director and his partner - learning to come to terms with the illness of their child. Since birth, the baby has stopped breathing while sleeping (Ondine’s curse is a very rare, untreatable disease). The film depicts the gradual tempering of the anguish arising from the illness

    scénario : Tomasz Sliwinski

    image : Tomasz Sliwinski et Magda Hueckel

    son : Grzegorz Lindemann

    montage : Justyna Król et Tomasz Sliwinski

    producteur : Maciej Slesicki

    production : Warszawska Szkoła Filmowa / Maria Pułaska

    téléphone : +48 501 097 197

    courriel : mariapulaska(at)szkolafilmowa.pl

    www.szkolafilmowa.pl


    Parcours Jeunes critiques de cinéma, la critique de Audrey LEMAIRE et Margot MARCO

    Léo est handicapé, il est atteint de la malédiction d’Ondine ce qui le rend vulnérable. Cette maladie empêche le bébé de respirer dans son sommeil et il doit être aidé par un appareil respiratoire pour éviter de mourir.

    Le film traite de la mort à travers un être innocent, ce qui renvoie à des angoisses propres à l’être humain. Avec ces parents qui luttent contre la maladie de leur enfant, nous pourrions penser à La Guerre est déclarée de Valérie Donzelli. Même si le concept est identique, dans Notre Malédiction, la caméra s’immisce encore plus dans leur routine jusqu’à nous montrer les contraintes des soins apportés à l’enfant. C’est un documentaire qui nous renvoie à une dimension plus intime et proche du réel. La majeure partie du film est un dialogue entre le père et la mère. Comme eux, les spectateurs ne peuvent oublier le handicap car en fond sonore l’appareil respiratoire de Léo leur rappelle que personne n’est à l’abri d’une telle tragédie.

    Ces parents sont combatifs face à une force qui les dépasse … la maladie. Leur courage nous inspire le respect et l’admiration.

  • Les Ceméa coordonnent l’organisation du Festival,
    animé par un comité de pilotage des partenaires locaux et nationaux.
En partenariat
Avec le soutien de
Avec la participation de
Avec le parrainage