• ₪L’ÉDUCATION EN DÉBAT avec Philippe Merieu : Apprendre à penser à l’école pour refonder la démocratie ? / Can learning to think at school restructure democracy ?

    Animée par Danielle Colmbel / En partenariat avec le Fonds MAIF pour l’éducation

          Mercredi 3 décembre à 14h30

  • Philippe Meirieu a été instituteur, professeur de philosophie et de lettres. Il est aujourd’hui professeur des universités en sciences de l’éducation à l’université Lumière-Lyon 2. Engagé à plusieurs reprises dans des chantiers importants de l’Éducation nationale, il a beaucoup travaillé sur le collège, le lycée et la formation des enseignants. Il s’intéresse particulièrement aux processus d’apprentissage, à l’histoire des doctrines pédagogiques et à la philosophie de l’éducation. Il est l’auteur de nombreux ouvrages scientifiques, d’essais et de livres pour enfants traduits dans de nombreuses langues. Parmi ses derniers livres : Faire l’École, faire la classe (ESF éditeur, 2009), Lettre aux grandes personnes sur les enfants d’aujourd’hui (Rue du Monde, 2011), Pédagogie : des lieux communs aux concepts-clés (ESF éditeur, 2013), Le plaisir d’apprendre (Autrement 2014). Une version refondue et actualisée de sa Lettre à un jeune professeur est sortie en librairie le 10 septembre. Actuellement, à côté de ses activités universitaires, il est vice-président de la Région Rhône-Alpes délégué à la formation tout au long de la vie.

  • Soumis en permanence à des stimulations, enjoints de céder, séance tenante, à leurs pulsions par les publicitaires, pressés d’être efficaces le plus vite possible pour exhiber des résultats, nos enfants peinent aujourd’hui à trouver du temps pour la pensée. Or, le développement de la personne impose que l’on apprenne à surseoir à ses impulsions pour faire le détour par l’anticipation, l’information, la réflexion et l’exercice du jugement ; c’est ce que les pédagogues comme Korczak ont formalisé par la pratique du “sursis”. Et le sursis ne peut advenir que si l’éducateur sait identifier les contraintes fécondes, celles qui permettent à la pensée de se développer et à la personne de se construire comme sujet. Dans l’espace-temps ainsi libéré, l’enfant peut alors faire la découverte du désir d’apprendre et de la joie de comprendre. C’est ainsi que l’on peut espérer passer d’un “enfant consommateur” à un “enfant citoyen”, espérer refonder une démocratie authentique, c’est-à-dire capable de construire le “bien commun” dans et par le débat public.

    Starting with a reflection on education and democracy, Philippe Meirieu will go on to explain the relationship between "learning to think at school" and issues related to democracy. How does learning to think enable and facilitate the expression of democracy, stabilising and strengthening its construction and even restructuring democracy ?

  • Les Ceméa coordonnent l’organisation du Festival,
    animé par un comité de pilotage des partenaires locaux et nationaux.
En partenariat
Avec le soutien de
Avec la participation de
Avec le parrainage